La mésothérapie, qu’est-ce que c’est ?

aiguille de mésothérapie Actualités Conseils aux sportifs

Explications avec le Dr Victoria Tchaikovski, médecin du sport à la Clinique Drouot Sport & Arthrose.

Cette technique inventée en 1952 par le Dr Michel Pistor consiste à faire des petites injections de faibles doses d’anti-inflammatoires, de décontractants ou d’anesthésiques en regard de la zone où se situe l’inflammation. 

En 1981, la première consultation de mésothérapie ouvre dans un service pluridisciplinaire traitant des sportifs de haut niveau.

Contrairement à une infiltration, ce sont des injections beaucoup plus superficielles. Elles peuvent se faire autour d’un tendon par exemple, à environ 4 à 13 mm de profondeur. Ces injections ne contiennent ni cortisone ni produits nocifs évitant ainsi un risque de fragilisation ou de rupture. Les produits injectés seront adaptés en fonction de la pathologie du patient. La 1ère consultation avec le médecin permet de poser l’indication et de déterminer le nombre de séances à réaliser. Si la mésothérapie est urgente, elle pourra être réalisée d’emblée. 

la mésothérapie : quels sont ses bienfaits ?

La mésothérapie est un outil qui permet de guérir l’inflammation et soulager la douleur dans de nombreuses pathologies musculo-squelettiques. Elle est efficace également pour les douleurs liées à l’arthrose, aux tendinopathies, à l’algodystrophie ou encore aux douleurs chroniques de la colonne vertébrale. 

L’objectif est aussi de diminuer les médicaments anti-douleurs en comprimés pour les douleurs chroniques. 

Cette pratique doit bien sûr être intégrée dans le cadre d’une prise en charge médicale et suivie par les kinésithérapeutes, podologues, ostéopathes, …

La mésothérapie : pour qui et quelles pathologies ?

Fréquemment utilisée pour les personnes sportives, les patients douloureux chroniques ou les personnes âgées qui réagissent mal à la cortisone, la mésothérapie est considérée comme une médecine douce avec peu d’effets indésirables.

Cette technique est fortement indiquée sur les tendinites chroniques résistantes à la rééducation ou les tendinites que nous ne pouvons pas infiltrer (ex : tendon d’Achille), les pathologies dégénératives, les scolioses ou encore les tassements.

« Prenons le cas d’une patiente d’un âge avancé souffrant d’un tassement vertébral avec un dos déminéralisé. Elle est venue à la demande de son médecin traitant pour pratiquer une infiltration. Cette patiente s’est avérée une excellente candidate à la mésothérapie car les corticoides peuvent aggraver grandement l’ostéoporose », nous explique Dr Victoria Tchaikovski.

Ce procédé ne fonctionne pas sur toutes les pathologies, il est important de bien poser l’indication et le faire au bon moment. Par exemple en cas de résistance au traitement conventionnel ou à l’approche d’une compétition sportive. « Pour un coureur s’entraînant régulièrement à l’approche d’un marathon et ayant une petite inflammation, sans tendon rompu, nous pouvons lui proposer la mésothérapie. » rajoute Dr Tchaikovski. 

Des questions sur la mésothérapie ? N’hésitez pas à prendre rendez-vous avec l’un de nos médecins du sport