Articulation concernée : Épaule et coude

Luxation acromio-claviculaire

Anatomie

L’épaule est constituée de plusieurs éléments articulaires. L’un d’eux  est l’articulation acromio-claviculaire entre l’acromion et la clavicule

La clavicule est maintenu en place au niveau de l’épaule (Fig.1),  par :

  • les ligaments acromio-claviculaire
  • les ligaments coraco-claviculaire
  • la chape delto-trapézienne

AC vue sup

 

Anatomie de l'articulation acromio-claviculaire
Anatomie de l’articulation acromio-claviculaire

Définition

Il s’agit d’une lésion de l’articulation entre la clavicule et l’acromion (partie de l’omoplate).  Elle survient lors d’un traumatisme le plus souvent à l’occasion d’une chute sur le moignon de l’épaule.

L’importance de la luxation est fonction du nombre et de la gravité des lésions ligamentaires.

Une classification permet, selon le type de lésion, de classer les luxation par ordre de sévérité (Fig.2)

Classification des luxation acromio-claviculaire (Rockwood)
Classification des luxation acromio-claviculaire (Rockwood)

Manifestations cliniques

La douleur et l’impotence fonctionnelle dominent les symptômes dans les suites de la chute.

Il existe une déformation de l’épaule avec une sailli de la clavicule sous la peau (Fig.3).

Le patient se présente avec l’attitude des traumatisés du membre supérieur (Fig.4)

La palpation de l’articulation est douloureuse mais est nécessaire pour faire la différence entre les différents stades.

Déformation de l'épaule
Déformation de l’épaule
Attitude des traumatisés du membre supérieur
Attitude des traumatisés du membre supérieur

 

Examens complémentaires

Des radiographies standard (Fig.5) sont nécessaires et doivent comportés des incidences spécifiques afin d’affiner le diagnostic et de choisir entre traitement médical et chirurgical.

Luxation acromio-claviculaire: aspect radiologique.
Luxation acromio-claviculaire: aspect radiologique.

Traitement médical

Il s’adresse aux luxations de stade 1 à 3. Il consiste à une simple immobilisation coude au corps afin de lutter contre la chute du bras.

La durée de l’immobilisation est de 4 semaines puis une rééducation est mise en place afin de restaurer une mobilité normale.

fracture-4

Traitement chirurgical

Il s’adresse aux luxations de stade 4 et 5 dont le déplacement est important.

Son objectif est de faire cicatrisé les ligaments coraco-claviculaire en bonne position.

Il est réalisé sous arthroscopie. Un optique munie d’une caméra est introduit à la partie postérieure de l’épaule par une petite incision de 5mm.

Le premier temps est explorateur, à la recherche de lésions associées sur le cartilage, les ligaments ou les tendons de l’épaule.

Une deuxième voie de 5mm est réalisée sur le devant de l’épaule afin d’introduire les éléments nécessaire à la réparation.

Une troisième incision de 15mm est réalisée sur le dessus de l’épaule au niveau de l’articulation afin de réduire la luxation et de placer sous contrôle arthroscopique et radiologique un implant artificiel réunissant la coracoïde à la clavicule afin de maintenir l’articulation réduite jusqu’à cicatrisation.

SUITES OPÉRATOIRES et RÉÉDUCATION

L’hospitalisation est de 36h, la sortie se fait le lendemain matin.

Le bras est immobilisé coude au corps dans une simple écharpe pour une durée de 1 mois.

La sortie se fait au domicile avec des soins de pansements.

La rééducation est débutée au bout de 1 mois.

Résultats

Les résultats sont satisfaisant pour les stades 4 et 5. Le principal risque est la récidive.

La conduite est possible à partir de 2,5 mois, le retour aux activités sportives se fait autour du 4ème mois. La reprise de l’activité professionnelle est selon celle ci.

Risques

Les complications postopératoires immédiates sont rares. Comme toute chirurgie, il existe :

  • risque d’hématome qui se résorbe en règle générale tout seul. Il peut exceptionnellement nécessiter une ponction évacuatrice ou un drainage chirurgical.
  • trouble de cicatrisation cutanée. L’évolution est très souvent favorable avec la poursuite des pansements.
  • infection profonde est exceptionnelle. Elle peut nécessiter une nouvelle chirurgie et un traitement prolongé par antibiotiques. Il vous est fortement déconseillé de fumer pendant la période de cicatrisation, le tabagisme augmentant de manière significative le taux d’infection.
  • algodystrophie est un phénomène douloureux et inflammatoire encore mal compris. Elle est traitée médicalement et peut durer plusieurs mois (voire parfois des années), entrainant une prise en charge spécifique avec rééducation adaptée, bilans complémentaires et parfois prise en charge spécifique de la douleur. Elle est imprévisible dans sa survenue comme dans son évolution et ses séquelles potentielles.
  • capsulite rétractile est une rétraction de la capsule de l’articulation entrainant une diminution de la mobilité passive et active de l’épaule. D’origine mal connue, elle récupère en un an environ mais peut parfois entrainer une raideur partielle séquellaire.
  • lésions nerveuses sont exceptionnelles (nerf axillaire ou musculo cutané surtout). Il s’agit le plus souvent d’un étirement simple de nerf lié aux manœuvres opératoires qui va spontanément récupérer.
Mots clés : acromio-claviculaire, arthroscopie, épaule, Luxation

fiche mise à jour le 07.09.2013

À lire également