Articulation concernée : Rachis

Scoliose

Anatomie

La colonne vertébrale est composée de 33 vertèbres (cervicales, dorsales, lombaires, sacro-coccygiennes). Elle est courbée dans le plan sagittal décrivant des cyphoses et des lordoses.

Les vertèbres s’articulent entre elles par l’intermédiaire de disques intervertébraux, des articulations interapophysaires postérieures, des ligaments intervertébraux et des muscles vertébraux.

Anatomie de la colonne vertébrale
Anatomie de la colonne vertébrale

Définition

La scoliose est une déformation évolutive de la colonne vertébrale dont la cause exacte reste inconnue à ce jour. La colonne vertébrale se tord dans les trois plans de l’espace, créant des asymétries de la taille, des épaules et de l’équilibre de profil. La rotation des vertèbres soulève les cotes d’un côté, ce qui crée la bosse du scoliotique, appelée gibbosité. La plupart des scolioses sont évolutives pendant toute la durée de la croissance du dos.

Déformation de la colonne vertébrale dans la scoliose
Déformation de la colonne vertébrale dans la scoliose

Les courbures sévères et déséquilibrées vont occasionner des contraintes très élevées sur les disques qui séparent les vertèbres, entraînant ainsi leur usure prématurée. Il peut en résulter une aggravation évolutive des déformations et une dégénérescence arthrosique douloureuse. Les racines nerveuses qui quittent la moelle épinière entre les vertèbres peuvent être comprimées par l’usure des disques. Certaines scolioses localisées en zone thoracique peuvent entraîner une diminution des volumes pulmonaires qui favorise l’apparition de difficultés respiratoires à l’âge adulte. Pour toutes ces raisons, il est recommandé que les scolioses sévères et déséquilibrantes soient opérées à l’adolescence, puisque c’est à ce stade que sont obtenus les meilleurs résultats, avec des risques de complications assez faibles.

Manifestations cliniques

Les scolioses sont souvent bien tolérées pendant l’enfance et l’adolescence, occasionnant peu de douleur ou de gêne fonctionnelle. Les pratiques sportives restent autorisées sans restriction. Ce sont principalement les déformations morphologiques du dos et des cotes qui font découvrir la maladie. Les courbures dont l’angulation est faible, inférieure à 30°, et dont l’équilibre est bien respecté de face et de profil, peuvent continuer à être stables et bien tolérées à l’âge adulte. Par contre les formes plus sévères comportent un risque important de reprise évolutive et d’aggravation après la fin de la croissance.

Examens complémentaires

Il convient de distinguer les examens requis pour le suivi médical habituel des scolioses, et ceux nécessaires lorsqu’un traitement chirurgical est indiqué.

La radiographie standard : elle représente l’examen principal pour le suivi des scolioses pendant leur phase évolutive. L’incidence habituellement utilisée est la téléradiographie : la colonne est radiographiée en entier de face et de profil, en position debout. L’image permet de préciser la topographie des courbures : thoracique, thoraco-lombaire ou lombaire, et d’en mesurer l’angle, selon la technique de COBB. Il y a souvent plusieurs courbures scoliotiques, on parle de courbures combinées. La radiographie de profil permet de repérer les modifications de l’équilibre et de suspecter d’éventuelles répercussions respiratoires de la scoliose, si l’espace entre le sternum et la colonne thoracique est diminué. En principe des radiographies sont effectuées tous les six mois en période de croissance. Si une intervention est programmée, le chirurgien peut être amené à demander des radiographies en « Bending ». Il s’agit d’images réalisées debout ou couché, en inclinaison maximale de la colonne vers la droite, puis vers la gauche. Le but de ces radiographies est de repérer les secteurs raides des courbures, pour déterminer les vertèbres qu’il faudra fixer lors de l’intervention.

Le scanner (ou tomodensitométrie) : peut être indiqué dans le cadre du bilan préopératoire, notamment pour préciser les modifications anatomiques des vertèbres scoliotiques. Cette information est essentielle pour bien guider le placement des vis et crochets lors de l’intervention.

  • L’imagerie par résonance magnétique (IRM) : elle est surtout utile pour vérifier la normalité de la moelle épinière. L’examen est réalisé systématiquement avant une intervention chirurgicale, et assez fréquemment pour des scolioses de présentation inhabituelle, par exemple celles qui débutent précocement, chez des enfants très jeunes.
  • Les tests respiratoires (épreuves fonctionnelles respiratoires) : sont réalisés à la demande lors du suivi des scolioses, pour rechercher une diminution des volumes pulmonaires, secondaire à la déviation de la colonne. C’est une notion essentielle pour le devenir à long terme des scolioses sévères.
  • D’autres examens s’intègrent dans le bilan préopératoire : bilan cardiologique, prise de sang

Traitement médical

  • Pour les scolioses évolutives de gravité moyenne (angle principal est inférieur à 45°) l

Le seul traitement validé pour empêcher l’aggravation des scolioses évolutives en phase de croissance est le port d’un corset orthopédique. Ce traitement ne peut pas faire disparaître la scoliose, ni même la redresser, il est simplement destiné à restaurer les équilibres et à stabiliser l’évolution à un niveau acceptable pour la vie adulte. La kinésithérapie n’a pas montré d’efficacité pour empêcher l’aggravation des scolioses évolutives.

  • Quand faut-il opérer ?

L’indication chirurgicale repose sur l’estimation du pronostic à l’âge adulte, en fonction de l’angle de la scoliose, de sa topographie, de l’altération de l’équilibre de profil, et d’éventuelles répercussions respiratoires déjà présentes. Même si la gêne n’est pas importante à l’adolescence, une intervention chirurgicale peut malgré tout être proposée à ce stade, si le chirurgien a la certitude que l’évolution naturelle non traitée sera défavorable à l’âge adulte.

La chirurgie des scolioses à l’âge adulte concerne les scolioses dites vieillies et les scoliose dites de novo ou arthrosiques dont  le siège principal est lombaire.

Traitement chirurgical

L’indication chirurgicale repose sur l’estimation du pronostic à l’âge adulte, en fonction de l’angle de la scoliose, de sa topographie, de l’altération de l’équilibre de profil, et d’éventuelles répercussions respiratoires déjà présentes. Même si la gêne n’est pas importante à l’adolescence, une intervention chirurgicale peut malgré tout être proposée à ce stade, si le chirurgien a la certitude que l’évolution naturelle non traitée sera défavorable à l’âge adulte.

La chirurgie des scolioses à l’âge adulte concerne les scoliose dites vieillies et les scoliose dites de novo ou arthrosiques dont  le siège principal est lombaire.

Mots clés : arthrodèse., Scoliose

fiche mise à jour le 22.10.2013

À lire également