Domaine concerné : Médecine du sport

Qu’est ce qu’une Tendinite?

Rappel anatomique

Qu’est ce qu’un tendon et à quoi cela sert-il ?

Le tendon est la structure assurant l’insertion d’un muscle sur un os. Formé de fibres peu contractiles et peu élastiques (collagène, élastine, 75% d’eau et des cellules :les fibroblastes) .

Le tendon transmet à l’os la force du muscle permettant ainsi le mouvement, le tout provenant au départ d’une impulsion nerveuse.

Sollicités lors de tous les mouvements ils sont entourés d’une gaine où ils baignent dans un liquide lubrifiant. Dans les zones de frottement important existent des bourses séreuses permettant au tendon de glisser plus facilement entre les structures anatomiques voisines (peau et tissus) et l’os.

Comment survient une tendinite ?

Toute activité avec répétition d’un même geste ou entraînant des micro-traumatismes peut provoquer une tendinite.

Le sport de loisir ou intensif ou bien certaines activités professionnelles ou encore le bricolage et le jardinage sont les causes les plus fréquentes. Parfois un choc sur un tendon (ou sa bourse) peut en être responsable. Le plus souvent c’est une cause mécanique :

  • Un geste sportif non maîtrisé ou un matériel défectueux ou non adapté sont régulièrement incriminés=technopathie.

Attention au manque d’hydratation, à l’absence d’étirements et/ou d’échauffement et aux conditions climatiques (chaud, froid, humidité).

  • Parfois c’est une anomalie anatomique du patient qui est la cause retrouvée (anomalie d’insertion du tendon ou inégalité de longueur des membres…).
  • On met en cause actuellement certaines atteintes dentaires, qui non ou mal soignées,  seraient responsables de la dissémination des germes bactériens ou de foyers inflammatoires responsables de tendinopathies.

Pourquoi trouve t’on le terme « tendinopathie » en lien et place du mot « tendinite »

Tout d’abord car les études histologiques (analyse des tissus) ne retrouvent pas des cellules et de marqueurs de l’inflammation dans ces pathologies. Le suffixe « -ite » n est donc pas adapté.

Ensuite ne pouvant décrire exactement la lésion tendineuse cliniquement ou en imagerie, le suffixe « -pathie » semble plus adapté (même si générique) afin d’étiqueter la pathologie tendineuse.

 

Quelles en sont les manifestations ?

Douleur sur le trajet tendineux ou bien sur son insertion osseuse. Elle peut entraîner un arrêt du mouvement et est déclenchée par le geste nocif.

Elle est présente à la palpation à l’étirement ainsi qu’à la contraction résistée du muscle relié au tendon atteint.

D’abord présente à la fin d’un effort prolongé ou intense puis disparaissant au repos (stade 1) elle survient ensuite dès le début de l’activité pour disparaître ou s’atténuer « à chaud » (stade 2) puis elle peut devenir permanente (stade 3) handicapant la vie quotidienne, enfin le tendon peut se rompre (stade 4).

Faut-il faire des examens ?

De base non, le diagnostic est essentiellement clinique.

Les radiographies ne servent qu’à éliminer une autre lésion associée ou prenant le masque d’une tendinite. Elles peuvent parfois montrer des calcifications sur certains tendons (classiquement à l’épaule).

L’échographie et l’IRM sont les examens de référence pour préciser l’atteinte exacte et la localisation (bourse insertion ou corps du tendon ou gaine). Ils sont prescrits à discrétion du médecin surtout chez les sportifs professionnels ou de haut niveau ou dans les cas d’atteinte rebelle au traitement.

Ca peut durer combien de temps une tendinite ?

De quelques jours à plusieurs mois voire années selon les circonstances et l’attention que l’on y porte.

Comment ça se traite une tendinite ?

  • Arrêt de l’activité déclenchante et/ou adaptation du matériel et/ou travail du geste technique ultérieurement.
  • Les anti inflammatoires per os donnent 50 à 80% de bons résultats et doivent être pris régulièrement pendant 10 jours.
  • Les gels et les patches anti inflammatoires sont à mon avis des « cataplasmes sur des jambes de bois » mais ils ont leurs défenseurs.
  • Les infiltrations de corticoïdes sont controversées car elles fragilisent les tendons. On ne peut cependant nier une efficacité certaine selon les localisations et les pathologies (bursite, ténosynovite)
  • La mésothérapie est souvent très efficace en particulier si elle est techniquement bien réalisée et si l’on utilise les bons médicaments.
  • Les ondes de choc qui semblent présenter une efficacité relative (tendinopathies avec calcification) ne sont pas la panacée et présentent trois inconvénients majeurs (douleur, coût et disponibilité). De manière amusante on note que plus on « monte » sur le corps moins « ca marche ». Ainsi les tendinopathies du membre inférieur sont plus efficacement traitées que celle du membre supérieur.
  • Les PRP ou concentrés plaquettaires (on prend votre sang que l’on débarrasse des cellules par centrifugation et l’on vous réinjecte le plasma et les plaquettes au niveau de la lésion) ont été décrits il y a peu comme la solution miracle… La réalité des études scientifiques ne leur accorde aucune supériorité par rapport aux autres traitements et à même montré leur inefficacité dans beaucoup de cas. Méfiez vous donc de la médiatisation (Nadal à été traité ainsi, on voit le résultat !!!! de nombreux sportifs vedettes ont été soumis à ce traitement sans que l’on puisse affirmer la réussite flagrante de la thérapeutique). Et en plus c’est cher !!!
  • La kinésithérapie est par contre d’un apport précieux ! MTP (massage transversal profond) étirements, ultra sons ?, protocole de travail excentrique de STANISH sont des armes thérapeutiques tout à fait valables !
  • Enfin dans les cas les plus rebelles la chirurgie trouve sa place dans des indications bien posées. Il s’agit alors de « peigner » le tendon ou d’en faire une section (ténotomie).

 

Voilà ! Vous savez tout (ou presque) sur les tendinites ! Bon sport à tous !
Le mois prochain nous préciserons quelques éléments sur cette pathologie si commune et qui empoisonne le quotidien de beaucoup d’entre nous.

Dr Jean-Christophe MINIOT.

Mots clés : Douleurs, tendinite, Tennis Elbow

fiche mise à jour le 30.12.2013